SYMEL : Syndicat Mixte Espace Littoraux de la Manche
Carte du littoral
La Manche : Syndicat Mixte Espace Littoraux de la Manche

Rechercher

Newsletter

Côte Nord de la Hague

Le paysage du nord de la presqu’île de la Hague se caractérise par une plaine littorale morcelée en une mosaïque de petites parcelles séparées les unes des autres par un réseau de dizaines de kilomètres de murets de pierres sèches. Ces murets furent érigés pour la plupart au cours du XIXe siècle afin de contenir le bétail et de le protéger des vents, mais aussi de matérialiser les propriétés. Ces murets sont bien souvent les seuls à se tenir debout dans la plaine. En effet, la vigueur et la régularité des vents, alliées au sel des embruns, sculptent la végétation, en pliant et en déformant les quelques aubépines qui tentent vainement de se dresser.

Un paysage façonné par l'homme
Les parcelles de la plaine littorale sont depuis longtemps considérées comme de bonnes terres à usage agricole. Les deux tiers de ces parcelles se constituent de prairies pour le pâturage ou pour la fauche, le tiers restant est en cultures diverses.
Les murets maçonnés en pierres sèches, c’est-à-dire sans liant, constituent un dédale de galeries, de passages et de cavités qui offrent le gîte à la faune de la plaine littorale du nord de la Hague.
De nombreux petits mammifères, telle la Musaraigne couronnée, utilisent les anfractuosités pour s’abriter et pour chasser les insectes, les escargots et les vers qui abondent dans les murets. Ces petits mammifères sont, à leur tour, la proie des belettes et des hermines. Les batraciens utilisent les murets pour hiberner en attendant la saison de reproduction (hiver - printemps), époque à laquelle ils rejoignent les mares, creusées jadis dans les parcelles pour l’abreuvement du bétail, afin d’y déposer leurs œufs. On peut ainsi observer la Salamandre tachetée, le Triton alpestre et la Grenouille verte qui y sont communs.

 

 


 

 

Soustitre
Certains oiseaux, tels la Bergeronnette des ruisseaux ou le Troglodyte mignon, trouvent dans les murets une cavité sûre pour nicher.
Les anfractuosités des murets accueillent aussi des végétaux dits rupestres comme le Sedum des anglais (Sedum anglicum), petite plante charnue qui se développe en tapis au sommet des murets et l’Ombilic rupestre (Umbilicus rupestris), facilement reconnaissable avec ses feuilles peltées.
D’autres végétaux profitent de l’abri qu’offrent les murets contre le vent, c’est le cas de la Digitale pourpre (Digitalis purpurea) aux inflorescences remarquables.
Les rares arbustes à se développer au dessus des murets, souvent des Aubépines, sont soumis au phénomène d’anémomorphose qui leur donne un port caractéristique

 


 

 


L’entretien du patrimoine agricole
Le bocage littoral du nord de la Hague est un espace qui nécessite une gestion agricole. Cette gestion a pour objectif principal la conservation du patrimoine paysager et culturel.
La location des parcelles à des exploitants locaux (agriculteurs et particuliers), en respect d’une convention liant le locataire, le SyMEL et le Conservatoire du littoral, permet d’assurer une gestion pérenne de ce patrimoine.
A cela s’ajoutent des opérations d’aménagement visant à la mise en valeur du paysage du nord de la Hague.
L’opération « muret » qui concerne l’entretien et la restauration du réseau de murets du secteur. En effet, jusqu’à la seconde guerre mondiale, les murets étaient montés et entretenus par les propriétaires des parcelles. Les campagnes de remembrement et la diffusion des clôtures électriques rendant obsolètes la plupart des murs, l’entretien, long et pénible, de ceux-ci s’est arrêté. Depuis 10 ans, grâce à l’opération, ce sont plus de 3 kilomètres de murets qui ont été restaurés.



 


 

cote nord hague


Une autre opération consiste en la pose de barrières en bois de type « Briquebec ». Ces barrières, caractéristiques du nord Cotentin, sont souvent remplacées par des barrières en tubes métallique, moins chères, moins lourdes mais aussi moins esthétiques. L’opération « barrière » participe à la mise en valeur paysagère du site en permettant la pose de 10 à 15 barrières en bois chaque année.
La Cotentine : Mise en valeur un témoignage du passé agricole de la Hague
La Ferme de la Cotentine se situait le long du sentier des douaniers (actuel GR 223), à une cinquantaine de mètres de la mer, dans une petite vallée littorale de la commune d’Omonville-la-Rogue.Considérée comme position stratégique au début de la Seconde Guerre Mondiale, la ferme fut réquisitionnée et occupée par l’armée française, puis par les troupes d’occupation. Elle fut alors pillée de ses toitures, charpentes, planchers (coffrages de blockhaus) et pierres de taille (abris pour mitrailleuses).Considérée comme position stratégique au début de la Seconde Guerre Mondiale, la ferme fut réquisitionnée et occupée par l’armée française, puis par les troupes d’occupation. Elle fut alors pillée de ses toitures, charpentes, planchers (coffrages de blockhaus) et pierres de taille (abris pour mitrailleuses).


 Le bâtiment ne fut pas réinvesti par des fermiers à la libération. Depuis cette époque, elle subit les dommages du temps : embroussaillement, extraction de pierres de taille, dépôts d’ordures,...En 1991, les ruines de la Ferme de la Cotentine et les parcelles la bordant sont devenues propriété du Conservatoire du Littoral. Depuis 2001, un partenariat entre La Communauté de Communes de la Hague, le SyMEL, le Conservatoire du littoral et l’association Concordia (chantiers bénévoles internationaux), permet la mise en valeur des ruines de la ferme et la vallée qui l’entoure.
Cette mise en valeur se traduit par des chantiers bénévoles locaux et internationaux ayant pour objectifs le débroussaillage des parcelles de fond de vallée et la stabilisation des ruines pour des raisons de conservation et de sécurité. La pose d’une clôture herbagère effectuée en 2005 autour du site permet aujourd’hui un entretien pérenne des prairies par pâturage

Newsflash


Inauguration des accessibilités & jalonnements de sécurité du site de Lindbergh ... 

 

à SAINT-LO-D'OURVILLE, EN PARTENARIAT avec le Conservatoire du littoral, le SyMEL, le Servie Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) et la Commune de SAINT-LO D'OURVILLE, UN PLAN D’INTERVENTION SÉCURITÉ a été réalisé....

Lire la suite...

 


Le SyMEL propose 3 magnifiques livrets dédiés à la richesse floristique de sites naturels protégés de la Hague

 

réalisés grâce à la participation des enfants de plusieurs écoles du secteur de la Hague, à l'implication des enseignants et aux compétences du gardes du littoral, du graphiste. Découvrez-les ! 

 

 

 

 

Lire la suite...


Archipel de Chausey : le bilan du nettoyage du sound, et l'arrivée d'un service civique volontaire...

 

Dans le cadre de leurs missions de préservation du domaine public maritime de l'archipel, intervention du Conservatoire du littoral et du SyMEL pour une nouvelle opération de nettoyage du Sound, ...

 

Le programme Plaisance Durable Chausey, lancé par le Conservatoire du littoral avec l’Association des Plaisanciers de Hérel (APH), prend cet été une nouvelle dimension avec l’arrivée d’un service civique,...

 

 

Lire la suite...