CONTEXTE

Créés entre 1866 et 1905, les 5 polders (d'une superficie de 184 ha) de la pointe de Brévands ont été acquis par le Conservatoire du littoral entre 1987 et 1989.

Le SyMEL assure la gestion de ce site constitué de prairies humides, de mares, de canaux abritant une flore et une faune variées en lien avec l'interface eau douce / eau salée.

Les milieux aquatiques représentent 20 % de la surface du site.

Un réseau hydraulique complexe permet de collecte et d'évacuer les eaux sur l'estran.

 

 

LA GESTION CYNEGETIQUE DES POLDERS

Sous l'impulsion de la Fédération départementale des chasseurs de la Manche et en concertation avec la Commune de Brévands, l'Association de chasse communale, le Conservatoire du littoral et le SyMEL, les polders du Rouf, du Carmel, Sainte-Marguerite et Saint-Clément sont classés sous réserve de chasse interministérielle du 20 septembre 1988, pour une superficie de 151 hectares.

Ce statut vise ainsi à offrir un lieu de repos et de nourrissage pour les nombreux oiseaux en hier.

Les polders de Brévands jouent en effet un rôle important pour l'accueil des oiseaux migrateurs en complémentarité avec d'autres sites du Cotentin.

Le polder du petit Saint-André, quant à lieu, reste chassable.

 

 

UN PARTENARIAT AVEC LES CHASSEURS DE BREVANDS

La gestion des propriétés du Conservatoire du littoral vise à maintenir ou à rétablir les habitats et les populations dans un bon état de conservation.

Elle intègre la chasse dans sa mise en oeuvre.

Le Conservatoire du littoral est titulaire du droit de chasse et du droit de destruction.

Ses propriétés relèvent du domaine public et l'autorisation de chasser est délivrée sous forme de convention de gestion cynégétique cadre à l'échelle nationale.

 

Dans la Manche, la priorité est accordée aux sociétés de chasse communales ou intercommunales.

C'est dans ce contexte qu'une convention de gestion cynégétique a été élaborée en concertation entre l'Association communale de chasse de Brévands, le SyMEL et le Conservatoire du littoral.

 

Cette convention précise les modalités d'exercice de la chasse (zones de chasse selon les enjeux de fréquentation et de fragilité du milieu, liste des espèces chassables, montant et modalités de la redevance annuelle obligatoire sur domaine public) pour une durée de 1 an renouvelable.

Elle précise également les modalités de destruction des nuisibles y compris dans la réserve de chasse en accord avec la réglementation.