Chausey aux multiples visages
Un contexte insulaire présentant un intérêt patrimonial de premier ordre au plan régional et européen.Pour la protection de l’avifaune, la gestion des terres émergées fait l’objet d’une convention tripartite entre la SCI, l’Office National de la
Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et le Groupe Ornithologique Normand (GONm). Le SyMEL intervient sur le site en tant que gestionnaire des
terrains du Conservatoire du littoral dans le département de la Manche.L’archipel de Chausey est constitué d’une mosaïque de milieux terrestres
et marins d’une richesse biologique remarquable que rappellent les inventaires ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et
Floristique).

Les milieux terrestres
Les habitats du cordon dunaire, et dans une moindre mesure arrière-dunaire, connaissent une exposition constante aux risques dus à la
fréquentation (piétinement, déchaussement, érosion). Le milieu est également à préserver d’une évolution naturelle qui ferait disparaître cet
habitat prioritaire. L’habitat de landes sèches à sub-sèches nord-atlantiques est présent sous la forme de stations relictuelles, en voie de vieillissement.
On peut également noter l’existence de belles stations de pelouses aérohalines. Les îlots sont marqués par la présence de falaises avec
végétation des côtes atlantiques et baltiques. Cet habitat connaît une variation floristique et physionomique importante, depuis les falaises les
plus exposées, les fissures et les corniches sur les pentes plus escarpées jusqu’aux pelouses fermées sur la partie supérieure des falaises, sommets et replats où le sol est plus profond.