Un riche héritage
Connue de longue date pour la richesse de son environnement maritime, qui justifie l’intégration de la baie de Saint-Vaast dans le réseau Natura 2000, l’intérêt de l’île réside notamment dans sa fréquentation par les oiseaux marins.


 


L’île, accueille une colonie de goélands composée de trois espèces nicheuses : le goéland argenté , le goéland marin  et le goéland brun . L’île constitue pour cette dernière espèce son principal site de reproduction en Normandie.
Depuis 2003, une colonie d’aigrette garzette est installée dans l’enceinte du fort de l’îlet. L’espèce s’observe toute l’année, chassant à marée basse sur l’estran et dans les parcs à huitre.
Les effectifs du pigeon colombin, qui niche en nombre dans les murs d’enceinte et les terriers de lapins, semblent également en progression.
La colonie, l’une des plus importantes de l’ouest de la France, fait l’objet d’un suivi par l’ONCFS qui bague les jeunes au nid (62 jeunes bagués en 2005).
Chaque année, des familles de tadorne de Belon sont observées au printemps, mais l’effectif total est assez difficile à déterminer avec précision, car les familles se dispersent après l’éclosion dans la baie de Saint-Vaast pour l’élevage des poussins. La population de l’île est estimée à 25 couples nicheurs.
Malgré la fréquentation du site, 3 à 4 couples d’huitrier-pie parviennent à se reproduire sur les plages et les digues périphériques.
La périphérie de l’île est très favorable à l’observation d’oiseaux en hivernage : grèbe huppé,  tadorne de Belon, bernache cravant, eider à duvet.