La gestion des dunes de Bréville
Les premières opérations menées sur le site visaient à restaurer le cordon dunaire, dégradé notamment par le passage des cavaliers, et à canaliser la fréquentation.
Pour répondre aux inquiétudes de la commune et des riverains, une opération visant à contrôler la population de vipère aspic a été mise en
place en partenariat avec le laboratoire d’herpétologie du CNRS.
Cette opération est suivie par un comité de suivi réunissant le commune, le Conservatoire du littoral, la DIREN, le SyMEL sous la présidence du
sous-préfet de Coutances. Il s’agit d’une part de sécuriser les zones à risque fréquentées, en
particulier, par les enfants (dune bordière, abords des aires de stationnement), de canaliser la fréquentation et de mettre en place un
entretien régulier des sentiers et d’autre part d’étudier la répartition de l’espèce et la dynamique de la population pour adapter les mesures de
contrôle et les mesures de gestion des habitats.
Dans cette perspective, deux enclos de pâturage ont été réalisés entretenir la végétation et rendre certaines parties du site moins hospitalière, en réduisant la densité du couvert végétal et les ressources alimentaires constituées essentiellement de petits rongeurs.


L’entretien de la dune grise devrait également profiter aux communautés végétales des pelouses dunaires en grande partie étouffées par les
graminées et l’accumulation d’une litière non décomposée.