Les dunes d’Hatainville à Carteret : un patrimoine paysager, naturel, historique et culturel exceptionnel.

Un patrimoine histrique et culturel tenace
Le paysage actuel est un héritage de pratiques agricoles ancestrales. L’activité pastorale longtemps communautaire a permis d’empêcher l’enfrichement des dunes. Elle est menée au moins depuis le XVème siècle sur Hatainville.... Un certain nombre d’abreuvoirs, les « daubons », étaient creusés pour l’abreuvement des troupeaux, et ils ont aujourd’hui un intérêt écologique considérable. Les dunes embocagées témoignent de l’obstination des habitants à faire valoir ces terres vaines et vagues en les aménageant pour la culture (talus, potilles, murets...). D’autres traces des activités humaines sont encore visibles dans le paysage (carrières, lavoirs, cabane de douanier....). Ces usages se ressentent à travers la toponymie qui est également un élément patrimonial important avec plus de 50 toponymes recensés. Enfin l’existence d’un moulin à eau disparu sous les sables depuis la fin du XIXème nous atteste que les dunes ont à une époque récente envahie l’arrière pays ...

Un paysage "ouvert"
L’originalité du massif dunaire réside dans sa superficie, son étendue aussi bien en linéaire qu’en profondeur, et par son caractère sauvage. La diversité des formes dunaires, des simples aux plus complexes est intéressante. Sur Hatainville, une dizaine éléments dunaires originaux ont été identifiés. Il s’agit d’éléments représentatifs d’un patrimoine géomorphologique qu’il convient de préserver (caoudeyre à fond inondable, dunes paraboliques emboîtées opposées...) La diminution des dynamiques qui diversifient les formes dunaires est un facteur de vieillissement et d’uniformisation des dunes