Les Marais du Val de Saire

Les marais arrière-littoraux du Val de Saire sont des dépressions humides situées derrière le cordon dunaire. Ils s’égrènent parmi les hameaux entre Fermanville et Gatteville-Phare.


A la fin de la dernière glaciation la remontée du niveau marin a entraîné la formation de la dune. Ce phénomène piégea progressivement l’écoulement des cours d’eau descendant les bassins versant. C’est à ce moment que de grandes superficies où poussait une végétation abondante ont été inondées. Aujourd’hui ces espaces sont les marais arrière-littoraux au fond desquels repose une fine couche de tourbe.
Au XIXe et XXe siècles, à des fins agricoles et sanitaires, l’homme a asséché les marais par la construction de nocs, ou nôs. Ces tunnels passent sous la dune et permettent d’évacuer l’eau douce à la mer et sont équipés d’une porte à flots limitant la remontée d’eau salée.


Aujourd’hui, dans certains marais les nocs fonctionnent encore. C’est le cas du marais de la Mondrée ou du marais de Tocqueboeuf, sur la commune de Fermanville. Dans d’autres marais, le temps et la mer ont abîmé les maçonneries. Ainsi, dans le marais de Vrasville et le Hable, si l’eau douce sort, l’eau salée rentre aussi régulièrement. Ce qui leur donne un caractère plus sauvage.
Dans le Val de Saire, les marais d’eau douce et d’eau saumâtre se complètent. Ils sont riches d’une faune et d’une flore très intéressantes sur le plan écologique, et même uniques dans la Manche pour quelques espèces.
Ces grands espaces nous offrent aussi des paysages riches en couleurs, rythmés par la vie des animaux et font le bonheur des amoureux de la nature.