Imprimer

La gestion :

Pourquoi gérer les Espaces Naturels ?

On peut en effet s'interroger sur cet apparent paradoxe qui tendrait à opposer Nature et interventions humaines ...
Bien évidemment, sous nos latitudes, ces espaces n'ont plus de naturels que le nom, leur conformation actuelle a en effet été largement influencée par leurs modes d'utilisation par l'homme depuis le Néolithique. Il n'est donc nullement question de gérer des espaces sans hommes, mais bien de faire appel aux hommes, à leur conscience et à leur savoir-faire pour permettre une -expression maximale des potentialités « de nature » d'un site.

 


 

 

 

 


 



Si aujourd'hui dans de multiples endroits, le développement économique et urbain a figé certains processus naturels, il devient nécessaire d'intervenir dans d'autres sites abandonnés par l'homme pour maintenir des stades d'évolution dynamique de certains milieux : zone de sol nu, puis couvert herbacé, colonisation progressive par les arbustes, semis d'arbres puis couvert boisé ... accompagnés chacun de leurs cortèges de plantes et d'animaux associés.

D'un autre côté, la demande de nature dans nos sociétés modernes s'arrête souvent à des perceptions très « citadines » : refus de la friche parce que cela « fait négligé », sur-estimation du risque d'incendie, mauvaise image des zones humides.

 


 


Le gestionnaire doit aussi composer avec cette réalité et argumenter ses choix d'intervention ou non sur les processus naturels. Enfin, l'action de gérer un milieu naturel pour restaurer ou conserver un stade d'évolution précis peut répondre à des obligations juridiques, notamment de directives européennes (notamment la Directive Habitat Faune Flore de 1992 créant le réseau Natura 2000) qui impose aux états membres de s'engager dans la préservation active de types de couverts végétaux caractéristiques.

La gestion des espaces naturels peut ainsi être assimilée à une conservation active du patrimoine naturel : le maintien des paysages et de la biodiversité, mais aussi des modes de faire-valoir traditionnels.