Imprimer

La diversité, la richesse du bocage

lapin dans le bocage


Le bocage est un milieu diversifié car composé d’une multitude d’habitats. Talus, murets, haies, prairies,
mares sont autant de milieux s’imbriquant pour former le bocage. Les paysages bocagers du littoral de la manche varient selon l’exposition aux vents, la nature du sol, la végétation environnante.
Les secteurs du nord-ouest de la Hague ou de la pointe du Cap Levi à Fermanville, exposés aux vents et aux embruns, se composent d’un maillage resserré de parcelles de prairies séparées par des petits murets de pierres sèches.
Dans les parcelles plus abritées situées en retrait de la mer, les talus boisés d’arbres de haut jet remplacent les murets.
Dans cette espace anthropique, les arbres ne sont pas des lambeaux de forêt conservés en bordure des champs, ce sont des arbres plantés sur des levées de terre appelées « fossés ». Si les essences principales d’arbres diffèrent selon les endroits (chêne ici, orme là,…), on observe toujours une grande diversité d’espèces végétales ligneuses (houx, sureaux, aubépines, châtaigniers,…) et de hauteurs dans les haies. Ces haies demandent un entretien régulier (élagage, abattage), surtout lorsque les arbres y sont taillés en « émonde » ou en « têtard » (comme dans l’est du Val de Saire par exemple). Ces tailles étaient, et sont encore, traditionnellement effectuées pour obtenir du bois de chauffage.

Les vieux « têtards », étêtés à 4 mètres tous les 9 ans, constituent des cépées denses offrant des abris de choix pour la nidification des pinsons, bouvreuils et autres petits oiseaux.
Au pied des arbres, si la végétation peut être très différente d’un endroit à l’autre, on remarque cependant dans la Manche la quasi-omniprésence d’espèces végétales comme le scolopendre, la digitale pourpre ou le compagnon rouge.
Les « fossés » de terre sont toujours parsemés de galeries, trous et terriers, qui constituent le refuge de mammifères comme les mulots, campagnols, lapins jusqu’aux blaireaux et renards.
Les parcelles de prairies situées entre les haies servent de zone de nourrissage pour de nombreux animaux, des lapins de garenne aux bécasses des bois, ce qui attire immanquablement les prédateurs comme les chouettes ou les renards. Des spécificités locales du bocage peuvent favoriser des animaux plus rares. Près des parcelles entretenues en vergers, on peut encore observer un oiseau particulièrement lié à l’activité humaine et rendu rare par la disparition des pommiers, la Chouette chevêche.